retour

  Projet associatif 2015 - 2017

Perspectives

INTRODUCTION
Toute structure qui souhaite s’inscrire dans la durée a besoin, pour disposer de repères dans la conduite de ses activités, que ses valeurs fondamentales et axes d’actions d’avenir soient clairement définis et retranscrits. C’est l’objectif d’un Projet Associatif.

L’A.S.A. ressent désormais cette nécessité de disposer d’un tel document, n’en ayant pas constitué depuis son origine, en 1986.

Il s’agit donc de son premier Projet Associatif, établi pour une durée volontairement courte de trois ans, à savoir la période 2012–2014.

Ce document constitue également un cadre de référence qui permet à chaque acteur de l’A.S.A., bénévole ou salarié, de développer son « projet » personnel individuel, tout en l’inscrivant pleinement dans le Projet global de l’Association.

Le Projet Associatif de l’A.S.A. se présente comme suit :

· Un historique rapide rappelant les origines de l’A.S.A.,
· L’énoncé de ses valeurs éthiques fondamentales,
· Les bénéficiaires, ressources et actions, actuels de l’Association,
· Les partenariats et outils de communication qui inscrivent l’A.S.A. dans son
secteur d’activité spécifique,
· Les évolutions environnementales et les perspectives pour les trois prochaines
années.


1 . HISTORIQUE ET FONDEMENTS ÉTHIQUES

LES ORIGINES
En 1985, Jean-Roger LEPETIT, retraité, était sensibilisé, dans sa vie professionnelle et au travers de ses activités bénévoles, aux difficultés des personnes âgées qui, pour des raisons de santé, des motifs financiers ou d’isolement géographique par rapport à leur famille, n’avaient pas la chance de pouvoir vieillir et décéder à leur domicile.

Ayant connaissance d’un domaine d’activité récemment installé en France, la téléalarme, il a souhaité créer, sous le statut juridique Loi 1901 sans but lucratif, un service de téléassistance avec centrale de veille, fondé sur le modèle d’Associations déjà existantes (à PARIS et à LYON), qui proposaient à leurs adhérents une téléassistance à vocation sociale et à but non lucratif. Les adhérents, équipés par l’A.S.A., à leur domicile, d’un télétransmetteur relié à sa centrale de veille, pourraient ainsi vieillir chez eux en toute sécurité, tout en bénéficiant également de l’action « relations humaines » de l’Association (appels de convivialité et visites d’amitié), destinée à
rompre leur isolement et leur solitude.

Le premier Conseil d’Administration s’est réuni le 7 Avril 1986 et les Statuts ont été déposés en Sous-préfecture de CHARENTE-MARITIME (Rochefort) le 10 Avril 1986.

La première centrale de l’A.S.A., installée grâce à des subventions d’équipement, a commencé sa veille 24h/24 en Octobre 1986, avec une cinquantaine d’adhérents reliés fin Décembre 1986.
Jean-Roger LEPETIT était alors Administrateur Secrétaire Général, avant de prendre la présidence de l’A.S.A. en Mars 1990.

Destinée, à l’origine, à desservir la Côte de Beauté de la CHARENTE-MARITIME, l’Association s’est progressivement développée, grâce au bouche-à-oreille, nécessitant la mise à jour de ses Statuts, pour permettre de couvrir l’ensemble de la CHARENTE-MARITIME, puis la HAUTE-VIENNE.
Parallèlement à ce développement, l’Association a divisé sa zone géographique
d’intervention, en ouvrant successivement quatre antennes de secteurs locales, avec,
dans chacune, une assistante technique salariée, proche des adhérents de son secteur
(ROCHEFORT en 1987, LA ROCHELLE en 1989, LIMOGES en 2002 et SAINTES en 2004).

LES VALEURS FONDAMENTALES
L’A.S.A. entend exercer sa mission en étant fidèle aux valeurs fondatrices détaillées cidessus, dans le respect total du caractère non lucratif de son statut juridique sans but lucratif et du caractère social qui incombe à son activité de maintien à domicile des personnes âgées, handicapées, malades, ou en situation d’isolement.
Ce caractère « d’assistance et de bienfaisance » (sic) de l’Association avait d’ailleurs été reconnu, par courrier de la Préfecture de la Charente-Maritime en date du 27 juillet 1994.

L’A.S.A. a pour coeur de métier l’adhérent relié à sa centrale de veille, et pour objectif son maintien à domicile, en lui donnant « les moyens nécessaires pour lui assurer la sécurité et la conduite d’une vie normale » (article 3 des Statuts).
Pour cela, l’Association et ses acteurs, bénévoles comme salariés, s’attachent à respecter les principes suivants :

. Considérer les adhérents dans leur globalité, tant morale que physique.
L’adhérent est unique par son vécu, son histoire, ses valeurs, sa personnalité, tout autant que par ses aptitudes physiques, ses pathologies ou son degré d’autonomie. Ses singularités sociales, religieuses, philosophiques, culturelles, politiques ou ethniques doivent être respectées, sans critique ni jugement.

. Respecter totalement le devoir de discrétion, de neutralité et de réserve, qui impose de ne rien divulguer, à l’extérieur, de ce qui est connu ou déduit de la vie de l’adhérent, ou des discussions échangées avec lui ou avec son entourage.

. Offrir à l’adhérent la qualité d’écoute et l’attention qui lui sont dues. Etre réceptif, attentif, respectueux sans être obséquieux, compréhensif et tolérant.

. Respecter le choix des personnes à aider, avec une écoute personnalisée qui tienne compte de leur rythme et de leur libre arbitre, quel que soit leur degré d’autonomie.

. Dialoguer, au sein de l’A.S.A. comme avec l’extérieur, sur la base du respect mutuel.

. Avoir comme préoccupation constante l’amélioration du service et son adéquation aux besoins, que ce soit en terme matériel ou en savoir-faire, pour assurer toujours une prestation de qualité, et ce dans le respect de l’équilibre économique de l’Association.

. Etre ouvert à toute collaboration, avec les institutions ou partenaires ayant des valeurs identiques, si elle peut apporter un « plus » aux adhérents ou aider au développement du service, en terme quantitatif ou qualitatif.

. Etre conforme à l’intégrité et au sérieux qui ont fait la réputation de l’A.S.A., chaque acteur véhiculant l’image de l’Association à l’extérieur.


2 . L’A.S.A. AUJOURD’HUI

LES ADHERENTS
L’A.S.A. équipe, sur son secteur géographique d’action, toute personne âgée, handicapée ou isolée qui demande son adhésion au service, que ce soit à titre préventif, pour palier les risques liés à l’âge ou à l’état de santé (fragilité, maladie, polypathologie, etc).
La majorité des adhérents de l’A.S.A. sont des personnes des 3ème et 4ème âges (cf. tableau ci-dessous). Le nombre de personnes âgées de 90 ans et plus a doublé entre 1992 et 2001, et représente désormais le tiers de nos adhérents (dernière statistique au 31/12/2013).

Les demandes de renseignements ou d’installations sont reçues à l’A.S.A. soit directement par le futur adhérent, soit par un tiers (famille, organisme de tutelle ou professionnels médicaux ou paramédicaux).

LES RESSOURCES – LA GESTION
LES RESSOURCES
· Ressources humaines :
L’A.S.A. est composée d’une équipe de bénévoles, administrateurs ou bénévoles actifs participant à l’action « relations humaines » - CF ci-après – pour les visites d’amitié ou appels de convivialité aux adhérents).
Elle emploie également 20 salariés, dont l’organigramme se détaille comme suit :
- Direction : 1 Directeur – 1 Assistante de Direction
- Service administratif : 1 secrétaire – 1 comptable
- Informatique : 1 responsable informatique
- Centrale de veille : 9 opératrices – 1 Assistante coordinatrice
- Antennes de secteurs : 5 Assistantes (dont 1 basée au siège)

· Ressources matérielles :
Le siège et la centrale de veille sont basés au 10 bis Rue Jean-Pierre Coulon à ST GEORGES DE DIDONNE (17110), bureaux dont l’A.S.A. est propriétaire par achat immobilier du 15/12/1995.

L’Association dispose également, en non propriété, de 4 antennes de secteurs situées à ROCHEFORT, ST XANDRE, SAINTES et LIMOGES.

L’A.S.A. est propriétaire :
- Des équipements informatiques et télématiques qui composent sa centrale de
veille,
- De tous les équipements bureautiques qui équipent son siège social et ses antennes de secteurs,
- Du mobilier qui équipe son siège social et ses antennes de secteurs,
- De 5 véhicules de service, mis à disposition des Assistantes de secteurs et du personnel de ST GEORGES DE DIDONNE amené à effectuer des déplacements de proximité,
- De son stock de télétransmetteurs, mis à disposition au domicile des adhérents dans le cadre de leur adhésion et abonnement au service, répartis entre la marque INTERVOX SYSTEM (désormais SURTEC) et la marque SOLEM.

LA GESTION
L’A.S.A. est administrée par un Conseil d’Administration, dont les membres sont élus par l’Assemblée Générale (formée des membres adhérents, actifs et bienfaiteurs), qui se réunit une fois par an.
Le Conseil d’Administration confie la gestion courante de l’Association au Bureau, qui comprend au moins 1 Président, 1 Vice-président, 1 Secrétaire et 1 Trésorier.

LES ACTIONS
· L’A.S.A. assure, au domicile des adhérents, l’installation et la maintenance des télétransmetteurs dont elle est propriétaire, dans le cadre de sa prestation de téléassistance, contre cotisation annuelle de membre de l’association, frais d’installation et abonnement mensuel réglés à son service.
Lors de l’installation du télétransmetteur par l’assistante de secteur A.S.A., le plus grand soin est apporté à la constitution du dossier destiné à la centrale de veille (pour apporter le plus rapidement le secours approprié lors d’une alarme motivée), la familiarisation de l’adhérent au fonctionnement et au maniement de
l’appareil, les explications techniques ou conseils divers (entre autre pour la sécurité ou la prévention des risques, chutes, etc).
Une installation dure, en moyenne, 1h30 à 2h, davantage si nécessaire.
· L’action principale de l’A.S.A. est l’action « secours », apportée 24h/24 et 7j/7 à l’ensemble des adhérents reliés à sa centrale de veille.
Ce « secours » est assuré par les opératrices salariées, qui se relaient à la centrale suivant les quarts horaires préalablement établis par le Directeur.
· Depuis la création de l’A.S.A., l’action « secours » est complétée par une action « relations humaines » et par une qualité d’écoute et d’échanges avec les adhérents assurée par le personnel salarié et/ou les bénévoles, tant pour la gestion des alarmes motivées que pour les activités de convivialité.
Ces dernières se composent de :
- Visites d’amitié, effectuées au domicile des adhérents qui le souhaitent, selon les possibilités de l’Association,
- Appels de convivialité.
· Depuis 1992 (informatisation du service administratif de l’A.S.A.), des statistiques sont réalisées chaque année, à partir des alarmes motivées reçues chaque jour à la centrale de veille (journal de bord tenu par les opératrices). Les différents critères sélectionnés pour chaque alarme permettent, à partir de divers tris, de
calculer et d’analyser des statistiques afférentes :
- A l’évolution du nombre des adhérents depuis la création de l’Association,
- A la répartition des adhérents par tranches d’âges,
- A la répartition des alarmes par codes postaux, âges des adhérents, jours de la semaine, plages horaires, motifs, lieux, recours (aidants naturels ou secours officiels intervenus, sur demande de l’A.S.A., lors des alarmes) ou suite (hospitalisation, décès, ou néant).
La lecture et l’analyse de ces statistiques permettent à l’A.S.A. de s’inscrire dans l’action de prévention des risques à domicile menée, depuis plusieurs années, par la plupart des acteurs du secteur socio-sanitaire et des structures participant au maintien à domicile des personnes âgées.
Cette action de prévention permet à l’A.S.A. de sensibiliser ses adhérents et leurs
aidants naturels à l’ensemble de ces risques et à la façon la plus efficace de les
prévenir.


3 . PARTENARIATS ET COMMUNICATION

LES PARTENARIATS
· Collaboration avec de nombreuses structures du secteur socio-sanitaire.
· Depuis la création de l’A.S.A., plus d’une vingtaine de conventions de partenariat signées avec divers organismes, tels que Centres Communaux d’Action Sociale, Associations d’aide à domicile, Mutuelles complémentaires maladie, Unions Territoriales de la Mutualité Française, etc.….la plupart de ces conventions ayant pour objectif une aide directe aux adhérents (participation aux frais d’installation ou d’abonnement mensuel).
Les aides ainsi apportées sont donc « personnalisées » à chaque adhérent, selon ses ressources, sa commune de résidence et les organismes auxquels il est affilié, et font l’objet d’une étude préalable par le service administratif de l’A.S.A.

LES OUTILS DE COMMUNICATION
Tout au long de l’année, l’A.S.A., interdite de « publicité » directe compte tenu de son statut juridique sans but lucratif, appuie son information extérieure sur les supports suivants :
· Envois de documentation personnalisée aux personnes qui souhaitent uneinstallation pour elles-mêmes ou un proche.
· Diaporama de présentation de l’Association, avec détails et lecture des statistiques. L’A.S.A., présenté aux divers partenaires ou structures qui en font la demande, pour leur personnel, leurs stagiaires ou bénéficiaires. C’est l’un des outils majeurs de communication de l’A.S.A.
· Publication, chaque fin d’année, d’un Bulletin d’Information adressé à plus de 6.000 destinataires (adhérents, partenaires et partenaires potentiels), pour les informer de la vie de l’Association, de ses évolutions, et apporter informations ou conseils.
· Mise en ligne, depuis 2004, du site Internet.
· Participation aux Forums, Salons et journées d’information auxquels l’A.S.A. est conviée par ses partenaires (communication directe avec d’autres professionnels, de futurs adhérents ou leurs familles), avec utilisation des documents habituels de communication de l’Association (dépliant, prospectus ou dossier de présentation).

ECHANGER ENTRE TELEASSISTEURS
L’A.S.A. a à coeur, depuis plusieurs années, de s’inscrire dans une démarche d’échanges et de réflexions avec d’autres professionnels de la téléassistance qui défendent, dans d’autres départements, les mêmes éthique et valeurs que les siennes.
Les technologies actuelles en matière de télématique et de téléphonie connaissant une évolution particulièrement rapide. Ces échanges sont donc nécessaires pour s’informer sur les nouveaux matériels, échanger sur leur potentiels et leurs améliorations, mais également connaître le travail de chaque structure sur le terrain, son fonctionnement interne, les problèmes qu’elle rencontre dans son activité et les solutions qu’elle a mises en place pour y remédier.
Cet échange d’idées, outre la convivialité qu’il offre, est fructueux et permet à chacun de ne pas poursuivre son activité de façon « isolée ».


4 . EVOLUTIONS ET PERSPECTIVES

L’EVOLUTION ENVIRONNEMENTALE
· Evolution importante du secteur de la téléassistance, en particulier depuis la canicule survenue en 2003 (nombreux décès de personnes âgées isolées à leur domicile), suite à laquelle les entreprises privées à but lucratif (banques, assurances, sociétés de téléalarme ou de télésurveillance) ont intégré ce secteur
d’activité, attirées par l’enjeu financier.
Cette arrivée, dans un domaine d’activité jusque là majoritairement occupé par le secteur associatif, a entraîné une surenchère en terme de publicité, de comportements de type commercial (démarchage par téléphone ou au domicile) et d’agressivité envers les « concurrents », qu’ils soient du secteur privé ou du secteur associatif « historique ».

· Evolution des bénéficiaires et de leurs attentes :
Adhésions à la téléassistance de plus en plus tardives, liées au vieillissement de la population et aux progrès de la Médecine. La téléassistance est encore trop souvent considérée comme la solution ultime pour prolonger le maintien à domicile, et comme un symbole très négatif de dépendance et de perte d’autonomie.
Actuellement, de nombreuses adhésions se font dans l’ »urgence » beaucoup plus souvent qu’auparavant, souvent en prenant rendez-vous directement par téléphone (sans l’envoi préalable de la documentation A.S.A.).

· Avancées technologiques importantes durant cette dernière décennie, dans le domaine des télétransmetteurs (plus performants, plus esthétiques, avec des émetteurs étanches, etc.) et dans celui de la téléphonie : Arrivée en France des nouveaux opérateurs téléphoniques autres que l’opérateur « historique », progression d’Internet et augmentation du nombre d’utilisateurs de Box avec ADSL, développement de la téléphonie mobile, arrivée des systèmes de dégroupage total, du câble, etc.….

Ces évolutions technologiques, humaines et environnementales sont en train de modifier totalement - et définitivement - le fonctionnement, les réflexions et les axes de développement des téléassisteurs actuels.
L’A.S.A. n’échappe pas à cette dynamique, qu’elle a, elle aussi, entamée.

REPONSES ET MOYENS

1 - AXER LE DEVELOPPEMENT SUR UNE CENTRALE EVOLUTIVE
L’A.S.A. s’est équipée, début 2010, d’une centrale de veille de dernière génération, totalement évolutive et sécurisée par 2 équipements identiques fonctionnant en « miroir » et en temps réel. Les lignes téléphoniques de l’A.S.A. ont été numérisées, et un groupe électrogène assure désormais une autonomie totale et permanente à
l’alimentation électrique du siège social.
Ce nouveau plateau de réception est l’outil essentiel au développement de l’association, tant en nombre d’adhérents qu’en évolutions techniques, en offrant aux adhérents reliés et aux partenaires actuels et futurs de l’A.S.A. toute la qualité de veille qu’ils sont en droit d’attendre.

2 - POUVOIR REPONDRE AUX NOUVELLES CONTRAINTES DE LA TELEPHONIE
Au printemps 2011, l’A.S.A. s’est dotée des suppléments techniques lui permettant de proposer dorénavant, outre la téléassistance « classique », une téléassistance par GPRS (via le réseau de téléphonie mobile), avec un télétransmetteur adapté fonctionnant avec carte SIM.
L’A.S.A. proposera cette téléassistance à toutes les personnes qui n’ont pas d’abonnement téléphonique de type analogique ou qui sont équipées d’une Box avec ligne ADSL (avec laquelle les télétransmetteurs « classiques » ne sont pas compatibles).
Compte tenu des évolutions actuelles dans le domaine de la téléphonie et d’Internet, l’A.S.A. a une option de téléassistance par GPRS à faire connaître et à valoriser auprès de ces nouveaux adhérents et auprès des partenaires qu’elle pourrait intéresser, pour leurs bénéficiaires.

3 - CONFORTER L’ETHIQUE & LE CARACTERE DE PROXIMITE
Pour valoriser ses différences par rapport à la téléalarme à but lucratif, l’A.S.A. doit :
· Conforter et continuer de faire connaître son éthique et son caractère social et
désintéressé (sans but lucratif).
· Continuer de valoriser son action de proximité : Une centrale de veille en CHARENTE-MARITIME, géographiquement proche des adhérents, des assistantes de secteurs locales au plus près de leur domicile et de leurs préoccupations quotidiennes.
· Placer sa téléassistance au coeur du projet de vie de chaque adhérent, ce qui la distingue des importantes centrales de veilles nationales (auxquelles sont reliées plusieurs milliers ou dizaines de milliers de personnes), qui ne peuvent apporter un tel service de proximité ni une écoute aussi « personnalisée ».

4 – VALORISER LES SINGULARITES ET LA QUALITE D’ECOUTE
Outre son éthique et sa proximité, l’A.S.A. garantit également à ses adhérents :
- des contrats d’adhésion simples, complets et clairement lisibles,
- une grande souplesse en cas de résiliation : L’abonnement est arrêté à la fin du mois de récupération de l’appareil par l’A.S.A., sans préavis à respecter,
- Le télétransmetteur changé gratuitement, et par ses soins, en cas de surtension du réseau électrique ou de dégât dû à l’orage,
- Pas de caution à déposer lors de l’adhésion,
- Toute la maintenance de l’appareil assurée par le personnel de l’A.S.A., comprise dans l’abonnement mensuel et sans surcoût (sauf dégât dû à l’adhérent),
- Une convivialité étroite et constante, et une qualité d’écoute reconnue de longue date par les adhérents et partenaires.
Ces singularités sont très souvent celles mises en avant par les adhérents dans leur choix d’avoir opté pour l’A.S.A. de préférence à d’autres prestataires.
L’A.S.A. doit donc continuer de les valoriser et de les faire connaître par tous les moyens dont elle dispose dans le cadre permis par son statut juridique.

5 - POURSUIVRE L’ACTION DE PREVENTION
L’A.S.A. poursuivra son action de prévention des risques au domicile, dans laquelle la téléassistance est un acteur majeur. Dans le choix de vivre à domicile, elle se veut une « alliée » de l’utilisateur pour conserver la meilleure qualité de vie possible.
Il est donc essentiel, pour tous les membres bénévoles ou salariés de l’A.S.A., de sensibiliser les adhérents potentiels et leurs aidants naturels à une adhésion la plus anticipée possible, avant survenue des risques, d’un problème de santé ou d’une chute pouvant entraîner des conséquences graves (choc psychologique, syndrome post-chute, accélération anticipée de la perte d’autonomie, etc.).

6 - POURSUIVRE L’ACTION D’INFORMATION
L’A.S.A. poursuivra ses actions d’information et de sensibilisation, auprès des partenaires et organismes demandeurs (diaporamas, forums, salons, etc.), chaque fois qu’elle le jugera nécessaire et utile.
Sans publicité directe, ce sont ces actions qui permettent de faire connaître la structure, son fonctionnement, et ses spécificités.

7 - ELARGIR LA ZONE GEOGRAPHIQUE
Pour permettre son développement, l’A.S.A. se laissera la possibilité d’étendre éventuellement son périmètre d’intervention sur un secteur géographique proche de son siège social, si la demande lui en était faite, et après étude financière et possibilités de partenariats locaux qui permettent l’ouverture d’une antenne A.S.A. sur site (pour garantir le service de proximité auquel l’association est attachée) et lui garantissent
l’équilibre financier de l’antenne.

8 - CONSOLIDER L’ECHANGE AVEC D’AUTRES TELEASSISTEURS
L’A.S.A. doit poursuivre son développement en continuant d’échanger régulièrement
avec d’autres professionnels de la téléassistance, comme elle l’a déjà entrepris depuis plusieurs années.
Tels sont les enjeux de ces trois prochaines années.

CONCLUSION
L’objectif de l’A.S.A., pour les trois prochaines années, est d’être une Association réactive à l’écoute de ses adhérents, à l’évolution de l’environnement technologique, au plus près des besoins des personnes reliées à sa centrale de veille, en s’inscrivant au coeur de leur projet de vie et de leur désir de rester à leur domicile le plus longtemps possible.
Outre sa capacité à mobiliser les acteurs institutionnels, la réussite de l’A.S.A. reposera sur la capacité de chacun à s’investir et à se mobiliser pour la défendre et la développer, quel que soit son statut (bénévole ou salarié) et sa mission au sein de l’Association.
__________________
Document approuvé à l’unanimité par le Conseil d’Administration du 24 Novembre 2014

 La vie de l'association

RETOUR HAUT DE PAGE